Espace École

L'Espace École est la branche pédagogique de l’ONG Al Tarab, un espace de rencontre et de sensibilisation pour le public scolaire par le biais de projections de films et de séances didactiques centrées sur des valeurs de diversité culturelle, de coopération et de solidarité. Grâce à un travail continu avec la jeunesse andalouse, l’Espace École peut lui permettre d’appréhender les sociétés africaines de manière plus juste et réaliste, à travers le langage le plus universel qui soit : l’art.

Les activités organisées dans ce cadre consistent non seulement en la projection d’un film suivie d’une rencontre des élèves avec le réalisateur, mais aussi en des visites guidées des différentes expositions du festival, et enfin en les « Apéritifs Juniors », un espace créé l’année dernière qui offre l’opportunité aux élèves de certaines classes de débattre sur le cinéma avec un jeune réalisateur africain et un critique.

Cette année, les élèves de l’école primaire de Tarifa et des écoles environnantes, comme ceux de plus de vingt centres scolaires du secondaire des provinces de Cadix et Séville, participent aux séances matinales qui leur sont réservées à Tarifa. Des projections sont également organisées dans différents lieux de Tanger pour les élèves du collège et du lycée espagnols de Tanger, ainsi que pour ceux de certains autres centres du secondaire de la ville marocaine. Mais la nouveauté de cette année ce sont les extensions de l’Espace École des deux côtés du Détroit de Gibraltar : à Tétouan du côté marocain et à Cadix du côté espagnol, où sont organisées des séances de cinéma et de contes pour enfants.

 

Apéritifs de cinéma

Les Apéritifs de Cinéma sont désormais un rendez-vous incontournable du FCAT qui réunit les cinéastes, les journalistes et le public autour d’un verre. Au lendemain de la projection de chaque film en compétition le spectateur, qui a eu le temps de mûrir et interroger ce qu’il a vu la veille, est convié à approfondir son approche des œuvres et à échanger avec leurs auteurs sur des questions d’éthique, d’esthétique et de style. Ces rencontres répondent à l’un des principaux objectifs du FCAT : rappeler que les cinéastes africains, avant d’être africains, sont des cinéastes, et que leurs films participent à la genèse des tendances contemporaines de la cinématographie mondiale.

Pour animer les Apéritifs nous bénéficierons à nouveau de la présence de deux critiques et programmateurs espagnols, deux figures maintenant légendaires du FCAT : Javier H. Estrada, collaborateur de la revue Caimán Cuadernos de Cine, programmateur du Festival de Cinéma Européen de Séville (SEFF) et de Filmadrid, et enseignant au Master LAV de Madrid, et Pablo de María Díaz, collaborateur habituel de la radio publique asturienne et programmateur de la Semaine de l’Audiovisuel Contemporain d’Oviedo (SACO). Cette année nous accompagne également le critique sénégalais et gérant du site d’information et de critique sur les cinémas africains Africiné (www.africine.org), Thierno Ibrahima Dia.

Los Apéritifs se déroulent tous les jours, du samedi au vendredi de 13h30 à 14h30 au restaurant Ecocenter de Tarifa.

L'Arbre à palabres

6ème Forum de Formation “L’Arbre à Palabres”

PROGRAMME ACERCA – Rencontre de réalisateurs et d’acteurs de cinéma d’Afrique et de la diaspora

Cette année, le Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger (FCAT) célèbre les 15 ans d’un projet qui est né dans le but de diffuser en Espagne le meilleur de la production cinématographique du continent voisin, une production qui jusqu’alors n’avait disposé que d’un espace très réduit dans les cercles cinéphiles de notre pays. Au cours de ces trois lustres, nous sommes parvenus à sous-titrer plus de 900 films qui circulent continuellement grâce à Cinenómada, un dispositif de cinéma itinérant qui dépasse les frontières de Tarifa pour couvrir tout le territoire espagnol et atteindre même l’Amérique Latine. Ceci a permis de sensibiliser le public espagnol aux réalités et à la diversité culturelle du continent africain et de faire tomber certains clichés encore très ancrés dans l’imaginaire espagnol. Durant ces 15 ans un changement a opéré dans la société espagnole. La première génération de la diaspora africaine dans notre pays, dans toute sa diversité, fruit de l’exile, de l’émigration ou d’autres circonstances, s’est installée et une nouvelle génération d’afro-descendants espagnols a pris le relai. Ces derniers revendiquent un espace de visibilité et leur acceptation dans la société espagnole. Dans certains secteurs professionnels comme le cinéma, la grande majorité des afro-descendants soulignent la discrimination dont ils souffrent et de la restriction du type de rôles qu’on leur propose, des rôles qui reproduisent les stéréotypes liés aux noirs, les mêmes idées préconçues que leurs aînés ont dû affronter en s’installant en Espagne.

Le FCAT, unique festival espagnol spécialisé dans les cinémas d’Afrique, juge nécessaire, à l’occasion de cette nouvelle édition, de réserver aux réalisateurs, acteurs et autres professionnels du cinéma afro-descendants un espace de rencontre, de connaissances, d’échange et de communication avec le reste de la société. Il ne s’agit pas d’une action ponctuelle, d’une croix à marquer dans une case, mais bien d’un engagement irrévocable pour les années à venir. Il est en outre indispensable que l’Arbre à Palabres, espace consacré à la réflexion et au débat sur diverses problématiques relatives à l’histoire et au présent des cinémas africains, servent cette année à confronter les points de vue entre les artistes africains et ceux de la diaspora en Espagne, France, Italie, Royaume Uni et Portugal. Les témoignages sur les différentes réalités vécues par les créateurs seront un point de départ pour analyser ensemble le parcours de nombreux d’entre eux, pour certains des modèles de succès, d’autres moins, et les défis à relever dans les prochaines années pour une communauté qui dans tous les pays a haussé la voix et réclame son espace.

Cette édition de l’Arbre à Palabres se déroule dans le cadre du Programme ACERCA de l’Agence Espagnole de Coopération et Développement, AECID.

Conteurs

Storytellers and songs

Comme chaque année, les conteurs nous accompagnent dans nos matinées du Festival pour ouvrir aux plus jeunes les portes de la tradition orale africaine. Boniface Ofogo Nkama ou Boni de son nom artistique, a grandi dans un village de l’intérieur du Cameroun, où la tradition orale reste l’unique manière d’accéder à tout type d’information et de connaissance. Bien que ses études académiques et son expérience de vie l’aient amené à découvrir la littérature écrite, l’oralité avec laquelle il a été éduqué reste sa principale référence dans son travail de narrateur. Il est arrivé en Espagne en 1988 et se consacre depuis 1992 à cette activité ancienne de conteur.

[/html]

Conteurs et chansons

Grâce à la collaboration de l’École Municipale de Musique, Danse et Arts Plastiques de Tarifa « Maestro Fermín Franco Utrera », le Festival offre cette année à son public une séance spéciale de contes africains accompagnés de chansons du continent voisin. Le conteur Boni Ofogo narre quelques contes de la tradition orale d’Afrique de l’ouest entremêlés de chansons africaines interprétées par les enfants du chœur de Tarifa.

Musique de films et ciné-concert

L’Orchestre Municipal de Tarifa offre cette année un spectacle de musique de cinéma qui accompagne la projection de deux courts-métrages provenant des archives filmiques du Festival. L’Orchestre Municipal actuel de Tarifa date de 1990, bien que des textes mentionnent l’existence d’un orchestre municipal au 19ème siècle et qui a fonctionné jusque dans les années 1920. Actuellement, grâce à la stabilité et la persévérance de ses membres mais aussi à l’arrivée de jeunes musiciens débutants, le groupe peut poursuivre son travail avec beaucoup d’enthousiasme.
[/layoutbox][/animation]

Le Village africain

Le Village Africain est l’espace du festival réservé aux familles. Il accueille parents et enfants de tous les âges qui souhaitent participer aux activités ludico-pédagogiques qui y sont proposées tous les après-midis du festival. C’est un lieu de rencontre et de découverte du continent africain par le biais du cinéma, puisqu’il inclut dans son programme des projections de films pour enfants. Cette année nous recevons également le conteur camerounais Boni Ofogo, spécialiste de la tradition orale africaine qui, comme lors de précédentes éditions, fait découvrir aux petits et aux grands les histoires de son continent.

Situé sur la Place 5 de Oros de Tarifa et d’accès libre, le Village Africain bénéficie du soutien de EcoCenter et quelques organismes éducatifs de Tarifa. L’espace consiste en une grande coupole où sont également organisés des ateliers de formation pour enfants, comme l’atelier d’animation auquel les enfants de 9 à 12 ans peuvent participer sur inscription.

A chaque édition, le FCAT prête une attention particulière aux contenus pour enfants, pour que le Village Africain devienne un lieu animé par l’énergie des enfants.

Espace Littérature: Entre les lignes




C’est en 2017 que le FCAT a initié ce projet de parcours littéraires dans les rues de Tarifa animés par des écrivains. Le 15ème anniversaire du Festival étant marqué par le thème de l’afro-descendance, nous avons choisi les textes de deux poètes pour cette seconde édition de l’Espace Littéraire « Entre les lignes » : Aimé Césaire et Shirley Campbell. Le premier est l’un des fondateurs de la Négritude, poète, dramaturge, essayiste et politicien de la Martinique. Ses écrits, dotés d’un lyrisme exquis et d’une rhétorique extrêmement humaniste, ont assis les bases de la littérature de l’auto-affirmation, après des siècles de soumission et d’humiliation. Shirley Campbell, écrivaine, poète et anthropologue afro-costaricaine, nous offre quant à elle une poésie à la thématique noire, selon ses propres mots, s’adressant à tous, pour éduquer, pour atteindre l’âme, pour changer un petit peu le monde.

Les textes sont lus par deux acteurs espagnols d’origine africaine :

Silvia Albert. Née à Saint-Sébastien, diplômée de l’École Supérieure d’Art Dramatique de Murcie, elle possède un master spécialisé en arts expressifs dirigé par Consuelo Trujillo. Elle monte pour la première fois sur scène en 1999 pour interpréter le monologue de La Folle de Chaillot. Depuis lors elle a joué dans plusieurs pièces, En attendant Lefty, La Maison de Bernarda Alba ou Antigone, entre autres. Elle interprète également le monologue No es país para negras (Ce n’est pas un pays pour les noires).
Marius Makon. Formé à la prestigieuse école de théâtre Le Cours Florent à Paris, et à l’Actor Center de Londres, Marius se fait connaître en Espagne grâce à son personnage d’Archibald dans l’œuvre théâtrale Los negros (Les Noirs) de Miguel Narros. Il participe à des séries comme El barco (Le Bateau), Aída, Familia (Famille), La fuga (La Fuite) ou El ministerio del tiempo (Le Ministère du temps).

Expositions

Dakar, un regard


Lutte. Mode. Le temps de la vie. Ce sont les axes fondamentaux du travail de regards croisés sur Dakar, la capitale du Sénégal que le photographe sénégalais Mamadou Gomis et le documentariste espagnol Père Ortín mettent en œuvre dans cette exposition. Dakar, un regard est le résultat de dix ans de travail commun et dont la richesse surgit de la complémentarité des points de vue : celui de citoyen-narrateur local (Gomis) et celui de l’étranger (Ortín) fasciné par la vie qui émane de l’Afrique urbaine, et soucieux de s’interroger, d’apprendre, et tenter de comprendre (ou non) l’attirante complexité de cette mégalopole. De ce dialogue naît une exposition toute en nuances, qui mêlent les points de vue artistique, documentaire et journalistique. Photographies et vidéos qui nous invitent à observer avec intention et attention pour reconnaître que la beauté est toujours présente dans l’œil de celui qui regarde et de celui qui raconte les histoires. L’exposition est produite par Casa África, lieu où elle a été inaugurée, en collaboration avec Altaïr Magazine.

Espace musique

Conciert de One Pac & Fellows

One Pac & Fellows naît de la rencontre entre deux artistes d’origines et d’univers musicaux très différents. Birane Amar Wane, plus connu sous le nom de One Pac, est un musicien et chanteur sénégalais originaire de la ville de Saint-Louis qui vient du monde du Hip Hop. Son album Hip hop Soul Jazz The project est nominé aux Rewmi Fm Hip Hop Awards en 2015 parmi les cinq albums de hip hop sénégalais les plus importants de l’année. José Gómez Romero est un musicien et producteur andalou. Spécialiste du Jazz Groove et Funk, il a pour base les rythmes de James Brown et The Metters, entre autres. Birane Wane et Jose Gómez se rencontrent lors d’une Jam Session dans le quartier de Triana à Séville, en janvier 2016. C’est ainsi que se forme le groupe One Pac & Fellows, une fusion de Funk, Hip Hop, Soul et musique traditionnelle africaine. Une rencontre artistique dont naît un album, avec la collaboration de musiciens de différentes origines (Espagne, Etats-Unis, France et Sénégal). Le disque, déjà enregistré, est en cours de finalisation. Les chansons sont en anglais ainsi qu’en en wolof et en peul, deux langues sénégalaises.

Jericó avec Brisa Fenoy

CEAR (Comission Espagnole pour les Refugiés) nous invite à la projection du court-métrage Jericó de Manfre & Iker Iturria au Marché de la Ville de Tarifa, qui comptera sur la participation de la chanteuse d'Algéciras Brisa Fenoy.

Nuits du festival

Les activités du 15ème Festival de Cinéma Africain ne s’arrêtent pas après la dernière séance de cinéma. Divers établissements de Tarifa collaborent avec le FCAT en offrant une programmation musicale en direct et en lien avec l’événement pour égayer les soirées et en faire un moment idéal de rencontre entre les invités, le public et les habitants de la ville.

Performing arts

Tableau flamenco avec Yinka Esi Graves

Le flamenco est un langage universel qui dépasse les concepts de nationalité et de frontière. Il plonge ses racines dans un mélange de multiples cultures et influences. La danseuse Yinka Esi Graves, londonienne résidant à Séville, le sait très bien. Elle danse dans divers « tablaos » (scènes flamenco) de Séville, de Madrid et de Londres. Elle se forme durant cinq ans à Madrid avec des maestros de renom comme Merche Esmeralda, Manuel Reyes et Pepa Molina. Elle s’installe finalement à Séville pour développer son art, guidée par Carmen Ledesma et Juana Amaya. Yinka exprime sa passion du flamenco non seulement à travers sa danse et ses spectacles, mais aussi à travers son désir de la partager et de l’enseigner. Dans son spectacle Afroflamenco présenté dans le cadre du FCAT, Yinka est accompagné par Vicent Gelo au chant et par Tino Vandersmann à la guitare.

Theatre show: Tagine, une histoire entre les fourneaux…


Farah Hamed est une actrice et réalisatrice andalouse d’origine marocaine. Nominée aux prix Goya dans la catégorie Meilleure Actrice Révélation 2009 pour son rôle dans Retorno a Hansala de Chus Gutiérrez, elle joue dans des films comme Los últimos Días, La ignorancia de la sangre et participe à des séries comme Aída, Amar en tiempos revueltos, Física o Química, Hospital Central, etc. Tagine, une histoire entre les fourneaux…, est un monologue gastronomique qui participe avec grand succès au festival FRINGE13, au Matadero de Madrid. Le personnage du monologue, Amal, travaille dans un restaurant marocain et apprend au public la recette du tagine que sa propre grand-mère lui a apprise… en même temps, dans le style de Shahrazade, elle embarque le public dans son histoire personnelle. Sa cuisine est une baie accueillante de la Méditerranée, baignée de musiques et de danses, d’histoires, de poèmes et de chansons de toutes les cultures. Amal est libérée des préjugés et s’intéresse seulement aux rencontres, au partage d’expériences et à la préparation d’un tagine auquel le public pourra goûter à la fin du spectacle.

Cinenómada

Un festival en soi n’est pas suffisant pour faire découvrir les cinémas de tout un continent. C’est pour cette raison qu’en 2005, Al Tarab a mis sur pied Cinenómada, l’un de ses projets phares, destiné à faire connaître au public espagnol les cinématographies africaines, et à travers elles, les réalités socioculturelles du continent. Cinenómada promeut ainsi la production audiovisuelle africaine par l’organisation de cycles dans les circuits culturels non lucratifs, prolongeant ainsi le travail du FCAT tout au long de l’année. Depuis l’édition passée du FCAT en 2017 ont été organisés une cinquantaine de cycles de films africains dans 22 villes différentes d’Espagne et 2 villes de Colombie.

Dans un pays où les films africains sont encore méconnus, cette distribution culturelle alternative en collaboration avec des associations, ONG, ciné-clubs, centres culturels, musées, universités, etc… est la première étape fondamentale pour palier le manque de distribution commerciale.

Cinenómada dispose d’une large collection de films sous-titrés issus des précédentes éditions du FCAT et représente aujourd’hui la seule offre de ce genre et de cette envergure en Espagne. br>