Le FCAT 2019 étend ses espaces de projection dans trois villes marocaines

Le FCAT 2019 étend ses espaces de projection dans trois villes marocaines

Le film d’inauguration, pionnier du cinema africain-americain, sera Body and Soul(1924).

Tenger diffusera la Première Mondiale du documentaire sur l’écrivain tangerois Ángel Vázquez : La vida perra (chienne de vie).

Tarifa, 24 avril 2019. La 16ème édition du Festival de Cinéma de Tarifa-Tangerse tiendra du 25 avril au 4 mai 2019. Il s’agît d’un événement transfrontalier se déroulant de part et d’autre du détroit de Gibraltar. Au Maroc, le FCAT multipliera les espaces de projection. L’Institut Cervantès ouvrira ainsi les portes de sa salle d’exposition au cinéma ; le festival a également prévu des projections en plein air dans des quartiers, ainsi que dans des écoles, lycées, associations et ONG detrois villes : Tanger, Tétouan et Chefchaouen. Le cinéma sortira ainsi des salles obscures pour offrir aux habitants tangérois des projections nocturnes en plein air.  « Une expérience enrichissante pour un festival qui n’est jamais resté les bras croisés face aux difficultés », explique Mane Cisneros, directrice du FCAT.

Dans le cadre de la rétrospective Séances nostalgie – histoires africaines-américainesorganisée par le FCAT cette année,le film d’ouverture à Tanger sera Body and Soul  (1924)du réalisateur pionnier africain-américain Oscar Micheaux. Ses œuvres étaient une réaction aux stéréotypes racistes de Hollywood envers la population noire, ô combien nécessaire dans une Amérique ségréguée. Ce film a été réalisé avec Paul Robeson, l’un des acteurs majeurs de l’histoire du cinéma africain-américain, dans sa première prestation au cinéma. La projection de Body and Soulaura lieu le jeudi 25 avril à 19h00 à l’American Legation de Tanger.

Tanger a été la ville choisie par les réalisateurs espagnols Pablo Macías et Soledad Villalba Cumpián pour la première mondialedu documentaire La vida perra(Chienne de vie) qui aura lieu le 30 avril à 20h30 à l’Institut Cervantès de Tanger. Il s’agît d’un portrait de l’écrivain tangérois Ángel Vázquez et du « Tanger international », lieu où il a développé son œuvre. Ce film met en lumière l’histoire d’une ville oubliée et d’un auteur non-reconnu de son vivant. Il nous interpelle en nous posant deux questions : Comment l’une des grandes œuvres de la littérature universelle a pu passer inaperçue ? Qui fut Ángel Vázquez ?

L’un des clous de cette édition seront les projections en plein air qui auront lieu à l’Esplanade Marshan ouverte au tout public. Les tangérois auront l’opportunité de vois deux films marocains internationalement reconnus : Adiós Carmen(2013) de Mohamed Amin Benamraoui y Andalousie mon amour(2011) de Mohamed Nadif. Un pari avec lequel le FCAT espère atteindre un nombre de spectateurs record grâce à la caravane du cinema du Centre Cinématographique Marocain (CCM). Ainsi, les habitants du quartier tangerois Ben Dibanepourront voir ces deux films au complexe social Assadaka.

D’autres projections sont également prévues à l’Institut Cervantès de Tanger. Le documentaire Owino(2017) de Javier Marin.Owino est l’histoire de la lutte d’un petit village africain contre une multinationale qui a envenimé leurs vies avec des déchets de plomb illégaux, un drame qui s’étend sur tout le continent devant l’indifférence des gouvernements et de l’économie mondiale. Ensuite, Another Day of Life(2018) de Damian Nenow et Raúl de la Fuente, un film d’animation sur le séjour du brillant écrivain polonais Ryszard Kapuściński en Angola.

Le public tangérois pourra découvrir d’autres films, notamment Fig Tree(2018) de la réalisatrice Aäläm-Wärqe Davidian (Éthiopie-Israel). Ce film raconte l’histoire de Mina une jeune fille juive de 16 ans qui en temps de guerre civile tente de sauver son petit ami chrétien, alors que sa famille et elle s’apprêtent à fuir le pays et à s’installer en Israël. Le documentaire El naufragio, 30 años de memoria sumergida(Le Naufrage, 30 ans de mémoire disparue) du réalisateur espagnol Fernando Santiago.En prenant comme point de départ la photo prise par le journaliste espagnol Idelfonso Sena il y a 30 ans à la plage de Tarifa, ce documentaire rend hommage aux milliers de victimes qui ont péri depuis trois décennies dans le Détroit de Gibraltar.

L’exposition «Me monto mi película» (Je monte monte film)

La salle d’epxposition de l’Institut Cervantes de Tanger recevra l’exposition « Je monte mon film »de Sandrine Balade et Joël Cubas. Une expérience que ces deux artistes plastiques ont réalisé avec des enfants du quartier de Ouidi de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Une expérience née du Festival Panafricano de cinéma de Ouagadougou (FESPACO).

Les deux photographes ont repris un format très utilisé par des artistes comme Seydou Keïta ou Malick Sidibé : des clichés en noir et blanc de décors variés : la porte d’embarcation d’un avion, un maison moderne et équipée, un paysage urbain imaginaire … Les cadrages ne montrent pas des poses mais des actions : des gens montrant leur billet d’avion, parlant au téléphone ou enfourchant une mobylette flambant neuve.

Presque trente ans plus tard, ces deux photographes reviennent à l’utilisation cette technique d’antan, mais cette fois-ci pour évoquer différentes professions du monde du cinéma. Ils ont ainsi fabriqué in situ leur costumes et accessoires avec du matériel recyclé, donnant une nouvelle vie à  des objets qui avait perdu leur fonction. Ils ont ensuite travaillé avec les jeunes du quartier Ouidi ; avec beaucoup d’enthousiasme et d’implication, les petits voisins de Ouagadougou ont participé à ce projet en tant que sujets des images, et également en temps que créateurs des décors.

De nombreuses aides publiques et privées

Le siège marocain du FCAT est organisé par l’association Bar Bhar Cinémarsh, dirigée par Zoubeir Ben Bouchta, en collaboration avec l’écrivain Farid-Othman Bentríaet avec le manager culturel hispano-marocain Othman Saadi Haddach.

Toutes les activités programmées ont bénéficié d’aides d’établissements publics et privés comme celles de Chaabi Bank Espagne, de la Fondation Chaabi Bank Maroc, de l’Ambassade d’Espagne au Maroc, du Centre Cinématographique du Maroc (CCM), du Ministère de la Culture et de la Communication, de la Fondation Tres Culturas, de l’Institut Cervantès de Tanger, de l’American Legation – Talim, de la Municipalité de Chefchaouen, de la Fondation Art et Culture de Chefchaouen, de Montagnes Média, de Prodiversa, de Codenaf (Tétouan) et de Design du Nord, ALSA et FRS.

Laisser un commentaire