Qui sommes-nous?

Le Festival de Cinéma Africain – FCAT est un festival de cinéma indépendant à caractère compétitif, organisé par Al-Tarab, association à but non lucratif. Le FCAT concentre ses efforts sur la promotion et la divulgation des cinémas du continent africain et du monde arabe non africain, en Espagne et en Amérique latine. Il espère par là même participer à une meilleure compréhension entre les peuples et apporter une contribution positive au développement de la culture et de l’industrie cinématographique africaine, offrant ainsi un espace de rencontres pour les professionnels de l’industrie audiovisuelle et encourageant la distribution de leur travail sur l’ensemble du territoire espagnol.

TARIFA

  • DIRECTION
    Mane Cisneros
  • COORDINATION GÉNÉRALE
    Alejandro Coradeghini

    DÉPARTEMENT CINÉMA
  • COORDINATION DES COPIES
    Silvia López Pérez(copias@fcat.es)
  • DÉPARTEMENT CINÉMA
    Toño Martínez
    Mario Mesa
  • TRADUCTION ET SOUS-TITRES
    Mathilde Grange
    Siscu Bonet
    Gaetano Gualdo
  • ANIMATEURS DES DÉBATS
    Javier H. Estrada, Pablo de María Díaz
    Marion Berger, Mathilde Grange
    Federico Olivieri, Gaetano Gualdo
    Alejandro de los Santos
  • INTERPRÈTES
    Mathilde Grange
    Eleanor Staniforth
  • PROJECTIONNISTES
    Álvaro Quintana
    Manolo Ruiz

ACTIVITÉS PARALLÈLES
  • RENCONTRES ET TABLES RONDES
    Marion Berger (Coordinación)
    Mane Cisneros, Javier H. Estrada
    Pablo de María Díaz (Moderación)
  • ATELIER DE CINÉMA AFRICAIN
    Javier H. Estrada
  • RENCONTRE TRANSFRONTALIÈRE
    Gaetano Gualdo
  • GALAS
    María Orellana (Regiduría)
    Alejandro Nogueroles, Marta Jiménez (Presentadores)
    Manolo Ruiz Mateo (Ayt. Regiduría)
PRODUCTION ET LOGISTIQUE
  • LOGISTIQUE ET INVITÉS
    Alejandro Coradeghini
    Carol Benavides
    Alejandro Nogueroles
  • ACCUEIL DES INVITÉS
    Alejandro Coradeghini - Coordinación (invitados@fcat.es) Ufoma Makpa Ibikule, Marian Mantecón,
    Marta Vázquez García y Virginia González - Recepción

MARKETING ET COMMUNICATION
  • GABINET DE PRESSE
    Marta Jiménez - Jefa de gabinete (prensa@fcat.es)
    Marion Girard y Alejandro de los santos - Medios Internacionales (media@fcat.es)
    Bachir Mohamed Lahsen - Medios Árabes
    Eleanor Staniforth - Traducción
  • PHOTOS ET VIDEOS
    La Red Van – LRV producciones

PUBLICATIONS
  • CATALOGUE
    Marion Berger
    Marion Girard
    Mathilde Grange
    Eleanor Staniforth
  • PROGRAMME
    Marion Berger
  • CONCEPTION GRAPHIQUE ET MISE EN PAGE
    LA HUERTA Agencia
    Daniel González y Dolores Costa
  • IMAGE AFFICHE
    Fotografía de Omar Kdoury
  • BÉNÉVOLES ET STAGIAIRES
    KC Tarifa
    Comisión de apoyo a la cultura y a la educación

MAROC

Jury 2020

Jury international

annouchka de andrade

Armando Buika

Né à Palma de Majorque, il est le fils de l’exilé politique, poète et écrivain équato-guinéen Juan Balboa. Après des études de psychologie et philosophie, il obtient un master en relations internationales et un autre en communication non verbale. Il se lance ensuite dans l’apprentissage de l’interprétation à l’Actors School Agency avec D. Julián Grange Davies, son mentor. Quelques temps plus tard, il s’installe à Milan puis à Londres, où il défile pour les plus grands stylistes tout en continuant à se former comme acteur. Depuis, il navigue entre le monde de l’art dramatique et celui de la publicité, convaincu de la nécessité de changement pour créer de nouvelles opportunités. De ce besoin surgit The Black View, une plateforme destinée à donner davantage de visibilité aux acteurs, actrices et artistes noirs en Espagne.
Armando a joué dans divers films comme Pullman (2019), Stop Over in Hell (2018) ou Backseat Fighter (2016) et dans des séries comme La fuga (2012). Au théâtre, il travaille en 2012 dans la pièce de José Pliya mise en scène par Sylvie Nys, Nous étions assis sur le rivage du monde. En 2017, il interprète le monologue Judy Garland et le géant d’Onyx, adaptation du texte d’Ozkar Galán par Gorka Martín. En 2017-2018, on a pu le voir dans la comédie musicale Qui est M. Schmitt ? Enfin il joue le rôle du boxeur afro-américain Jack Johnson dans l’œuvre de l’auteure et metteure en scène Denise Duncan, Le grand combat du siècle.
Angele Diabang

Hind Meddeb

Hind Meddeb a grandi entre la France, le Maroc et la Tunisie, ses deux pays d’origine. De cette circulation entre les cultures et les langues, elle développe un regard singulier sur le monde. Dans ses films documentaires, elle observe toutes les formes de résistance à l’ordre établi en filmant du côté de ceux qui se révoltent. Dans son approche du monde arabe et africain, elle cherche à défaire les préjugés qui obstruent l’imaginaire occidental. Entre 2011 et 2013, à l’heure du printemps arabe, elle réalise Tunisia Clash et Electro Chaabi, deux longs-métrages documentaires sur la création musicale comme acte révolutionnaire. Son dernier film, Paris Stalingrad restitue le parcours des réfugiés qui arrivent à Paris, harcelés par la police et réduits à survivre sur des campements de fortune autour du métro Stalingrad. Le film a fait l’objet de nombreuses sélections dans les festivals (Cinéma du Réel, TIFF, PSIFF, CPH : DOX, ZINEXIT Human Rights Film Festival of Bilbao etc.) et a reçu deux prix au Doc Edge Festival en Nouvelle Zélande (World Cinéma et Best director). Au printemps dernier, Hind Meddeb commence le tournage d’un nouveau film au Soudan, Nos voix, nos armes, portrait au long cours d’une jeunesse soudanaise déterminée à conquérir sa liberté.
June Givanni

Olivier Hadouchi

Programmateur indépendant et historien du cinéma, il est l’auteur d'une thèse autour du cinéma et de la Tricontinentale (Afrique, Asie & Amérique latine) à l'heure des luttes d'indépendance. Il a collaboré à divers ouvrages collectifs (sur Chris Marker et Les statues meurent aussi, sur le « Tiers-Monde » et les non-Alignés pour des musées de Belgrade et Ljubljana, enfin sur l'internationalisme pour Tranzit-Prague) et à des revues (sur Festival Panafricain d'Alger de W. Klein pour Third Text, CinémAction & Mondes du cinéma). Par ailleurs, il a été membre du jury documentaire pour le festival Résistance culturelle au Liban en 2013 et pour le Festival International de Cinéma d'Alger (Journées du film engagé) en 2016. Il est également intervenu dans de nombreux festivals (Rencontres Cinématographiques de Béjaïa, Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen Orient, Festival de Cinéma de Douarnenez, Festival International du film d'Amiens, Travelling de Rennes, DocLisboa, DocumentaMadrid, Arabiyat/Cinémathèque de Tanger...). Il a été membre (suppléant) de la Commission Aide aux Cinémas du Monde et membre de la Commission France-Portugal (CNC-ICA). Et il a conçu des cycles ou des soirées spéciales pour divers centres d'Art (Le BAL-Paris, Galeria ZdB-Lisbonne, The Mosaic Rooms-Londres...), des associations (Bandits-Mages & Mondes du Cinéma à La Réunion) ou des Musées internationaux (Reina Sofía et Jeu de Paume).

Jury Andalou

annouchka de andrade

Carlos Violadé

Né à Séville en 1977, Carlos est un architecte diplômé de l’Université de Séville et cinéaste. Intéressé par diverses expressions artistiques, il réalise des œuvres aussi bien d’architecture, que de poésie ou de cinéma. Il a publié le recueil de poèmes Montañas de Mar (Renacimiento 2009). Il est aussi cofondateur, avec Julio Vergne, de la société La Balanza producciones, qui lui permet de réaliser quatre courts-métrages récompensés à l’échelle nationale et internationale. Le dernier en date, Foreigner, remporte le Prix de l’Association des Critiques Andalous ASECAN du meilleur court-métrage de fiction. Actuellement, il travaille sur un projet de long-métrage, Tierra roja, avec lequel il a participé au prestigieux laboratoire d’écriture d’Oaxaca (Méxique), fondé par l’Institut Sundance.
Angele Diabang

Marta M. Mata

Née à Malaga et féministe de souche, Marta fait des études de communication audiovisuelle et obtient le premier prix national de sa promotion. Elle travaille ensuite comme scripte sur des productions audiovisuelles de diverses horizons et comme photographe. Elle occupe également différents postes dans le secteur audiovisuel. Elle écrit des poèmes, encore inédits, et a publié des textes dans Fotocinema et Détour. Son premier court-métrage comme réalisatrice, Diez y nueve. Autorretrato con herida (2019), a reçu le Jasmin d’argent Femmes en scène au Festival de Malaga, ainsi que le Prix de l’Association des Critiques Andalous ASECAN du meilleur court-métrage documentaire.
Angele Diabang

Sara Gallardo

Après dix années à la télévision comme monteuse et réalisatrice, Sara passe au cinéma dans le genre documentaire. Elle a participé à des travaux documentaires comme Las constituyentes (2011) de Oliva Acosta, l’œuvre collective Je décide / Le train de la liberté (2014) ou La fiesta de los locos (2016) de Manuel Iborra. Elle coréalise le documentaire Las víctimas sin llantos (2016), qui lui ouvre les portes du documentaire social et avec lequel elle crée la société Relatoras Producciones, qu’elle dirige encore aujourd’hui. En 2017, elle réalise le moyen-métrage Las palabras mágicas, sur des personnes atteintes de Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA), et le long-métrage El penal, rostro y alma del mito, un hommage aux prisonniers politiques de El Puerto, victimes de la répression franquiste. Son film En casa a reçu récemment le prix du Meilleur Court-métrage Rueda Cádiz 2019 lors du VII Festival de court-métrages contre les violences faites aux femmes.

Prix

Le Jury International remet les prix suivants:

  • Meilleur Long-métrage de fiction de la sélection Hypermétropie, remis au producteur
  • Meilleur Documentaire de la sélection Hypermétropie, remis au producteur et financé par Casa África

Le Jury AECID remet les prix suivants:

  • "I Premio Acerca de la Cooperación Española" Au film qui contribue le mieux à la diffusion des 17 Objectifs de l’Agenda 2030, l’éradication de la pauvreté et le plein exercice des droits de l’Homme. remis au réalisateur et financé par la Coopération espagnole dans le cadre du programme ACERCA.

Le Jury andalou remet le prix suivant:

  • Meilleur Court-métrage de la sélection En bref, remis au réalisateur

Le public du FCAT On-line vote pour le prix:

  • Meilleur Long-métrage de la sélection Hypermétropie, remis au réalisateur

Sponsors

Parrainer le Festival de Cinéma Africain est un pacte d’engagement en faveur développement de la culture en Afrique.
Le FCAT est, en Espagne, la principale vitrine de la culture africaine contemporaine. C’est un projet qui, outre le festival, réalise chaque année une moyenne de 50 cycles dans différents lieux d’Espagne et d’Amérique latine. Les droits d’auteur des films projetés sont reversés directement aux propres créateurs pour assurer la continuité de leur travail.
L’Afrique est le continent qui observe la deuxième meilleure croissance économique et compte sept de ses pays parmi les dix premiers pays au monde connaissant la meilleure croissance. Dans un contexte de crise que l’on connaît actuellement, l’Afrique est perçue comme un territoire d’opportunités pour les entreprises espagnoles. La connaissance du terrain est fondamentale pour la bonne réussite des initiatives des entreprises. Le cinéma est un outil qui permet justement d’approfondir la compréhension des réalités africaines à travers le regard de ses réalisateurs.
Le FCAT collabore avec des organisations se consacrant à l’intégration des immigrants africains en Espagne ainsi qu’à d’autres populations en risque d’exclusion sociale. Le cinéma exerce un rôle essentiel tant de réflexion que d’entente des différentes cultures.
Pour plus d’information sur le parrainage, écrire à marketing@fcat.es.
Voir Sponsors 2020